La ration de compétition

La prévention des blessures
9 août 2017
Courir en hiver ? Une bonne ou une mauvaise idée ?
10 novembre 2017

La ration de compétition

Les 3 jours qui précèdent la course.
Le sportif cherchera à accroître ses réserves en glycogène en augmentant les apports en glucides jusqu’à 16 g/kg/jour soit, pour un coureur de 65 kg, 650 g de glucides (dont plus de 90 % sous forme de sucres lents). A titre d’exemple, 300 g de pâtes non cuites contiennent 76 g de glucides. Ayez toujours en tête que le gain d’énergie dépend plus des réserves accumulées pendant toute la période d’entraînement que la veille de la course. La cure Malto d’Overstim’s pourrait être efficace.

Le jour de la compétition (épreuve le matin).
Respectez la règle des « 3 heures » pour que la digestion (qui consomme elle-même de l’énergie) soit terminée lors du départ de la course Ainsi vous prendrez un petit déjeuner digeste, au moins 3 heures avant la compétition, en évitant les produits laitiers et les graisses (trop lourdes à digérer). Par exemple : thé ou café, pain légèrement beurré et confiture, corn flakes ou autres céréales, fruits ou jus de fruits, plat de pâtes ou autre féculent pour les puristes.

En attendant la compétition.
Le stress est consommateur d’énergie, c’est pourquoi entre le petit déjeuner et le départ, on veillera à entretenir une glycémie de base à un taux stable et à s’hydrater correctement en prenant, tous les quarts d’heure, quelques centilitres d’une boisson glucosée isotonique ( boisson d’attente Overstim’s)

Le régime scandinave (pré-compétition).
Le régime dissocié Scandinave commence une semaine avant l’épreuve d’endurance ou le marathon.
– Les 3 premiers jours (lundi, mardi, mercredi) on ne consomme que des aliments à base de protéines. Le muscle se vide alors en glucides (sensation de fatigue, notamment à l’entraînement).
– Les 3 jours suivants (jeudi, vendredi, samedi) sont consacrés à une alimentation 100 % glucidique. Les muscles vont alors, à la manière d’une éponge, se recharger en glucides Le coureur peut ainsi aborder son épreuve avec d’importantes réserves en glycogène : une manière de reculer « le mur » au maximum.
– Dimanche compétition